Réappropriation des espaces publics

Jardin Mobile (Paris 18)

Projet porté dans le cadre de Comm’un Jardin, réalisé sous forme de chantier participatif les 30 juin, 2 et 3 juillet 2014. Sur l’esplanade Nathalie Sarraute, nous avons construit une vingtaine de modules complémentaires constitués de bacs de jardinage, de composteurs, d’espaces de troc, de supports pédagogique, etc.  Ce jardin est susceptible de s’adapter aux usages et d’évoluer de manière permanente.

Jardin mobile, esplanade Nathalie Sarraute, 18e

Le processus de construction a compté au moins autant que le résultat. Conçu par ses potentiels usagers, les habitants du quartier, à partir de matériaux simples ou recyclés, cette installation vise à démontrer qu’avec peu de choses il est possible de donner une nouvelle dimension à l’espace urbain : une dimension humaine et comestible. La mobilité des bacs permet de réajuster constamment le jardin à l’espace urbain pour en faire un lieu convivial.

 

La mise en place d’un étal de l’AMAP HSBC a permis de renforcer l’animation du site et de créer des liens nouveau avec les habitants du quartier, tout comme l’accueil de différents ateliers ou événements (cuisine, collecte de graines, jardinage etc.).

 

Les gens de Cottin (Paris 18)

Construit sur une intiative de l’association Les gens de Cottin (association constituée pour l’occasion) et avec l’aide de Vergers Urbains, un aménagement urbain inédit a eu lieu entre le 12 et le 16 janvier 2015 dans la rue Jean Cottin. 12 jeunes primo-arrivants en apprentissage du français avec le Cefil ont participé au chantier, durant 6 demi-journées. La construction s’est déroulée au sein de la résidence Boucry, qui jouxte le projet, grâce à l’implication du bailleur, des gardiens et de l’amicale des locataires.

 

Rue Jean Cottin, 18e

Résultat : 9 modules de jardinage, dont un ba(n)c, une jardinière-coffre pour ranger les outils, un bac à compost, une pergola et un réservoir d’eau.

Le projet est dorénavant pris en exemple par d’autres collectifs dans le quartier de La Chapelle pour faciliter et encourager leur démarche de végétalisation.

 

Rue Ernestine (Paris 18)

Situé dans un des recoins de la rue Ernestine, ce micro-jardin est à l’initiative de plusieurs riverains. Il prend place sur un bout de trottoir ombragé d’1,5m² où poussent houblon, framboises, groseilles, mélisse, fraises des bois, fougères, campanules et autres. Cette intervention a reçu le soutien du conseil de quartier et sa fabrication a eu lieu à Comm’un Jardin (mai 2015).

 

Mom’Pelleport (Paris 20)

Autre recoin végétalisé, situé rue Pelleport et réalisé en collaboration avec l’association Mom’Pelleport et avec le soutien du conseil de quartier. Il est composé de 3 bacs, construits à l’occasion d’un chantier participatif. Arbres et arbustes fruitiers prennent place dans un nouvel espace, qui continue à évoluer au travers de différents ateliers réalisés avec les enfants du quartier (juin 2015).

 

Place de La Chapelle (Paris 18)

Un espace décaissé par rapport à la rue et cristallisant des problèmes d’usage a été végétalisé sous l’impulsion de plusieurs riverains. Vergers Urbains a participé a la mobilisation des riverains ainsi qu’à la co-conception du projet. Le chantier a eu lieu en mars 2016 avec deux jeunes proposés par l’association Coordination Toxicomanie. Kiwi, aubépine, passiflore, jasmin, houx, groseillers, menthe etc. ont redonné vie à ce renfoncement ombragé (mars 2016).

 

Et d’autres projets :

2017-2020. Projet de co-construction et préfiguration dans le cadre de l’aménagement d’une promenade sur l’axe Barbès – Stalingrad.
Avec AAA : Projet Civic Line.
2017–2020. Projet de co-construction et préfiguration dans le cadre de l’aménagement de la Petite Ceinture – Lot 3 16e, 17e, 18e.
Avec Oikos et Dédale.
Septembre 2016. Création de 3 jardinières rue de l’Elysée Menilmontant (Paris 20e).
Janvier 2016. Végétalisation au niveau du 93 rue La Chapelle (Paris 18e).
Mars 2014. Végétalisation de la Placette Pajol (Pour Toit &Joie). Paris 18e. Partenaires : Extramuros et ADCLJC.
Juillet 2013. Création d’une forêt fruitière mobile, sur le parvis de l’Hôtel de Ville (Paris 1er).
Partenaire : Jardin Baudélire.